[DarkFighter] Medar X'aelis

Aller en bas

[DarkFighter] Medar X'aelis

Message par Medar X'aelis le Sam 20 Déc - 22:04

Informations Générales

Nom :: X'aelis
Prénom :: Medar
Surnom :: Med', l'Empoisonneur, Medor, Medoudichonet, Medoux, Gamin, Chéris, Joli Coeur, Medarounet, ... (tous, sauf les deux premier, à usage exclusif de Calarenne)

Âge :: 27 ans
Sexe :: Masculin
Orientation sexuelle :: Bisexuel

Sphère habitée :: Sphère Neutre
Race :: Humain


Informations Physiques et Psychologiques

Description physique ::

Medar est un jeune homme d'une bonne vingtaine d'année, s'approchant tout doucement de a trentaine, mesurant à peu de chose près un mètre quatre-vingt, pour une soixantaine de kilos. Ses cheveux sont d'un rouge clair, s'approchant du rose sans en être tout à fait, à part quelques mèches blanches, partant d'une vieille cicatrise sur le haut de sa tête. Une mèche plus importante que les autres lui descend d'ailleurs sur le visage, couvrant les vestiges de l'ancienne blessure, ainsi que son oeil gauche. Celui ci, à la ressemblance du droit, parfaitement visible, lui, est d'un mauve sombre, et d’une intensité troublante, encore que ses performances visuelles aient été légèrement troublées par la blessure citée plus haut. Sa peau est plutôt claire, presque pale, et ses traits sont emprunt d'une certaine beauté, selon l'avis de certain, ainsi que d'une délicatesse presque aristocratique, bien qu'il soit issus d'une partie frustre de la société.

Il est souvent enveloppé dans une longue cape à haut col, noire de jais et brodée de motifs argentés. Celle ci le cache tout entier, laissant à peine voir ses pieds, au quels sont passés des bottes de cuir légère, un peu usée par le temps et les voyages, mais tout de même en bon état, car bien entretenues. Toutefois, on peut souvent apercevoir se qu'il y a dessous, quand il se bat, par exemple. Il porte un ensemble pantalon et chemise, eux aussi de couleur sombre, pour mieux s'assortir avec la cape. Encore en dessous se cache un corps souple mais toutefois musclé. Bien proportionner, il semble plus tailler pour les attaques puissantes et rapides que pour l'épreuve de force brute. La cicatrice qui commence sur son visage se continue en partie sur son torse sans poils, encore qu'elle ne coure pas sur son coup, pour venir finir sur son bras gauche où, si on ne la met pas à coter du reste, on peut la prendre pour une simple trace de coupure.

Ses mains, qui apparaissent clairement au bout de ses manches à boutons toujours ouvertes, son quelques peu délicates, mais rendue plus rude par le maniement des armes. Chacune de ces deux mains est ornée d'une paire de bague en acier travailler, oeuvre de maître, qui constituent son seul héritage familiale. Ceux de la main gauche sont les « Crochets du Serpent », c'est à dire qu'ils sont ornés, sur le dessus, de petits crochets d’aciers, dirigés vers l'extrémité des doigts du porteur. Ceux de droites ont les « Yeux du Serpent », et se sont là deux sphères, elles aussi d'acier, qui les surmonte. L’ensemble est ancien, et est se porter à la même main. Ils viennent, du moins en théorie, d’un supposé lointain ancêtre de notre héros, un combattant légendaire nommé « le Serpent »… Ils devraient aussi transmettre sa force à son descendant... Que cela vienne de là ou pas, il n'en reste pas moins qu'ils jouent le rôle de médium.

Venons en enfin à ses armes. Passés à sa ceinture de cuir noire à boucle d’acier repoussée, sont passées deux fourreaux, ceux de ses deux lames, compagnes de sa vie presque tout entière. La première, nommée Oropt possède un fourreau taillé dans un bois blanc, et gravé de runes dorées. D'ivoire est son manche, sculptée de belle façon. La seconde, portant le nom de Réhéa repose dans un fourreau est taillé dans l'ébène le plus noir, et gravé de runes argentée, identique, à part pour la couleur, à celle de l’autre épée. Son manche est d'obsidienne, épousant parfaitement la forme de la main de Medar tout comme celui de sa compagne. Les lames des deux armes sont ornées d'étranges signes, qui semble différée de l’une à l’autre. Leur tranchant semble toujours parfais, même lorsqu’ils ne sont pas régulièrement affûtée, se qui n’arrive que rarement, car notre héros prend grand soin de ses épées. Autour de sa taille est enrouler un fouet de cuir à manche souple.

Description psychologique ::

Medar est fou. Il vous faut déjà bien assimiler cela pour comprendre ce qui va suivre. Tout d'abord, il n'a aucune crainte ni de la mort, ni de la souffrance. Depuis longtemps, Calarenne lui a révéler se qui arrivait aux humains après leur mort... Une éternité en temps qu'âme en peine n'est pas vraiment pour lui déplaire, surtout qu'il se dit qu'il pourra toujours rejoindre la Sphère des Ténèbres, pour devenir un Démon. De se coté là, il est sûr que son Gardien ne le laissera pas tomber après sa mort... Quand aux souffrances physiques, elles ne font que l'exciter d'avantage. Même si dans le Sado Masochisme, il est plutôt porté sur le sadisme, il ne délaisse pas totalement l'autre aspect. Cette double insouciance fait qu'il se montre totalement inconscient, se jetant parfois dans des situations qu'un homme sensé aurait prudemment évitées. Ceci ne veut pourtant pas dire que c'est une tête brûlée. Il sait prendre du recul dans la plus part des situations.

Notre héros, même si c'est plutôt un anti héros qu'autre chose, méprise la masse des "simples humains", les êtres sans pouvoir, qui ne savent même pas que les Anges, les Esprits et les Démons rôdent autours d'eux. Il est convaincu de la supériorité des Fighters sur le reste de la race humaine, et n’à jamais aucun scrupules à éliminées les gens qui se mettent en travers de sa route ou qui l'importune... Il n'en a d'ailleurs pas plus avec ceux qui ne lui on strictement rien fait, mais qui sont juste là, dans le chemin. Quand il en a l'occasion, ou qu'il a un bon prétexte (meilleur que "toi, j'aime pas ta tête"... quoi que...), il aime torturer ses victimes, avec ses lames ou en sortant de nouveau poison aux effets particuliers, mais surtout avec son fouet... Ou bien en combinant diverses éléments. Il n'est pas rare non plus qu'il abuse des malheureux ou malheureuses tout en les torturants, ou qu'il transforme une expérience sexuelle classique en séance de torture.

Il éprouve une vague affection pour Calarenne, se qui le trouble légèrement. Même si c'est sentiment sont plutôt flou pour le moment, une chose est claire : le Démon est le seul être qu'il puisse qualifiée d'ami. Car, forcément, il a peu ou même pas d'amis véritables, encore qu'il se lie facilement, son physique souvent qualifiée de beau et sa grande assurance charmant souvent les gens... Seulement, ses liens ne perdurent que rarement, généralement par ce qu'une amitié entre cadavres et bourreaux n'est pas facilement entretenable... Il tient plus à ses objets, bagues et épées, qu'aux êtres vivants en général, car ils sont les compagnons de tout sa vie, en plus des souvenirs de ceux pour qui il eu autrefois de l'affection. Il ne reste plus en lui qu'un lointain vestige de l'amour qu'il portait autrefois à sa petite soeur, pâle substitut d'un amour véritable, mais qui seul ne fut pas balayer par la folie, le chagrin et la haine...

Dans la vie de tous les jours, il se montre souvent légèrement hautain... Il arbore souvent un petit sourire, et arrive généralement à se contrôler en publique... Du fait de sa relation avec Calarenne, il est plutôt loyal au Roi des Démons, mais c'est là une loyauté lointaine... Principalement, il sème le chaos et la mort en son nom, et n'a jamais eu à le regretter jusque là.

Signes Particuliers ::

Ses cheveux blancs sur rouge, ses cicatrices quand elles sont visibles. Sadisme prononcer, tendance sexuelle malsaine, esprit tordu.

Loisirs et Hobbies ::

Medar aime passer de longues heures à s'entraîner au maniement des épées, ou bien au combat à mains nues. Dans la vie de tous les jours, il est d'ailleurs professeur de combat, mais cette activité ne lui suffirait pas pour vivre, aussi utilise-t-il aussi son héritage. Sa passion et son passe temps préférer reste quand même de trouver une victime et de la torturer, éventuellement en abusant d'elle, que se soit en l'enlevant ou en la charmant.

Peurs et Phobies ::

La seule chose que Medar craignent vraiment, même si il ne l’avouera jamais, c'est de perdre ses pouvoirs, ce qui le sort du lot de l'humanité... Devenir "normal", et donc banal... Et perdre Calarenne...

But ::

Medar n'a pas vraiment de but, si ce n'est profité de la vie au maximum. Comme dit plus haut, il a une loyauté lointaine pour le Roi des Démons, et ne serait pas contre le fait de le voir accomplir son objectif...

Don(s)/pouvoirs ::

-Poison : Medar possède un pouvoir lié aux poisons. Il peut inoculer un poison mortel ou paralysant, soit par morsure, à condition d'arriver jusqu'a une veine, soit par un baiser. Il possède aussi la capacité de transmettre les poisons à ses armes et ses médiums. A noter qu'il n'utilise que deux types de poisons couramment, mais est capable d'en produire une large palette, encore que beaucoup moins facilement. Ses pouvoirs l'immunisent aussi aux autres poisons qu'on pourrait utiliser contre lui.

Arme(s) et médium :: -Armes : ses deux sabres, un fouet de cuir.

-Médiums : ses bagues.


Dernière édition par Medar le Dim 21 Déc - 9:24, édité 2 fois
avatar
Medar X'aelis
DarkFighter

Masculin Nombre de messages : 195
Age : 25
Fonction : DarkFighters
Âge : 27 ans
Orientation sexuelle : Peu importe (bisexuel/le)
Petit(e) ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 20/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [DarkFighter] Medar X'aelis

Message par Medar X'aelis le Dim 21 Déc - 9:22

Informations Spécifiques

Histoire ::

Medar est né il y a un peu moins de trois décennies, sur dans un village perdu et reculer. Son père tenait une taverne, et sa mère était la « chef », comme on disait. C'est-à-dire qu’elle servait en salle et en cuisine, tout en régnant sur les deux sans partage. Il n’y avait que derrière son comptoir que son mari était vraiment le maître de son établissement. Il fut le troisième enfant et le second de ce couple prospère, car se que Madame X’aelis régissait, il fallait avouer qu’elle le régissait bien. Elle avait fait autant que son époux pour acheter cette auberge, pour la quelle ils avaient travailler des années, et c’était pour cela qu’ils en étaient si fiers, pour cela aussi qu’ils y étaient si attachés. Ils eurent encore une petite fille et un petit garçon, respectivement trois et quatre ans après la naissance de notre héros. Et tout de suite, le jeune bambin adora sa petite soeur, passant outre jalousie et rivalité fraternelle pour s'occuper d'elle du mieux qu'il pouvait.

Au fil du temps, une solide affection naquit entre le frère et la soeur, incluant peu à peu le plus jeune des garçon. Il y avait relativement peu de différence entre eux, alors que la plus âgées des filles avait cinq ans de plus que Medar, et l'aîné de la fratrie encore deux de plus qu'elle. Ils avaient été élever ensemble, et notre héros avait été laisser un peu à l'écart, pas par volonté de l'exclure mais par la force des choses. Il n'en était que plus heureux d'être à présent avec les plus jeunes, et il joua pour eux un peu le rôle de protecteur dans les cours d'école. Plus que tout, il adorait entendre le son du rire de sa jeune soeur, Evi. Pour se son merveilleux, il était près à toutes les pitreries, tout les excès. Le reste de la fratrie comprenait, du plus vieux au plus jeune, Arcal, l'aîné du groupe, qui était séparer d'une décennie des plus petits, Ivi, qui n'avait elle que deux ans de différence avec lui, et était donc bien loin des jeunes, et Rasar, le moins âgés, qui traînait souvent avec Medar et Evi, Med' et Ev', comme ils s'appelaient entre eux.

Tandis qu'ils grandissaient tous, le jeune Medar se mit à désirer les femmes, et aussi plus vaguement les hommes, mais ce second point, au vue des convictions de ses parents, il le niait dans son inconscient même. Au début, vers douze ou treize ans, il trouva un défouloir dans le combat, encourager en cela par son père. Celui ci leur avait d'ailleurs offert, à lui et à Arcar, deux lames qu'il tenait lui même de son père. L'aîné avait choisit l'épée blanche à poignée d'ivoire, nommée Oropt, et le cadet n'avait plus eu qu'a se contenter de la noire, à la poignée d'obsidienne, dont le nom était Réhéa. Il n'en fut pas mécontent, et il s'entraîna sans relâche, apprenant à se battre correctement, en même temps que son frère. Celui ci le dominait au sabre et à mains nues, mais il avouait lui même que dans le second domaine, il ne gagnait que grâce à la force supérieur de ses années, la différence entre un garçon de treize ans et un homme de vingt étant tout de même considérable. Le gosse n'était pas mauvais à l'épée, même bon, mais Arcar avait un vrai don.

Mais, alors qu'il approchait de ses quinze ans, ses appétits malsains ne purent être contenu... Même si il n'avait pas encore l'esprit glacer et sans pitié qui serait celui du DarkFighter, il avait déjà de "mauvais penchants". Il ne voulait pas aller avec n'importe qui, pas la première fois. Il fallait une proche, quelqu'un qu'il connaissait bien. Lorsque ses pensées effleurèrent Evi, il les en écarta avec une résolution inflexible, tant était profond l'amour qu'il lui portait. Mais il avait une autre soeur... Ivi était bel, comme toute les filles de la famille, et alors qu'elle avait une vingtaine d'années, son corps était bien former, ses tenues provocantes et son attitudes aguichantes. Même si Medar ne le savait pas, elle aussi avait de "mauvais penchants", mais Arcal veillait à ce qu'elle reste dans le droit chemin... Comme quoi, il faut peut être regarder du coté des parents... Pour que deux de leur enfants, au moins, par ce qu'on ne sait pas se qu'il en est des plus jeunes, il fallait bien qu'ils y soient pour quelque chose, dans leurs gênes ou leurs manières éducatives.

Toujours est il que le futur DarkFighter saisit la première occasion pour assouvir son fantasme malsain. Ses parents étaient partis avec les deux plus jeunes, et il avait prétexté un mal de tête pour rester à l'auberge, fermée pour l'occasion. Arcal était en train de s'entraîner, comme souvent, et Ivi était seule, sur le grand fauteuil devant l'impressionnant feu de bois dont son père disait qu'il faisait tout le charme de l'établissement, en train de déguster une bouteille de soda. Elle en proposa à son frère avec un sourire lui aussi fort malsain, et nulle doute qu'elle avait l'intention de profiter de lui dés le départ. Elle fut donc agréablement surprise de voir qu'il partageait ses envies. Avec une expression gourmande, elle jeta la bouteille dans un coin du feu, et tout en stimulant la virilité de notre héros par d'habile caresse à travers son pantalon, elle se pencha pour l'embrasser. L'inceste qui s'amorçait là n'arriva jamais à terme, car se fut là que Medar découvrit son pouvoir : il tua sa soeur d'un baiser...

Quand il s'en rendit compte, il bondit en arrière, dégoûter, et lança un cris perçant, tout en crachant à terre, de peur d'être contaminer. Ce fut se cris qui alerta Arcal. Il avait emprunté son épée à son frère pour s'entraîner avec deux lames, et il les laissa toutes les deux tombés quand il vit sa soeur morte. Il la berça doucement, puis se tourna vers Medar, la haine plein les yeux. Notre héros eu à peine le temps de ramasser Réhéa avant que son aîné n'ait empoigner sa propre arme. Le duel s'engagea alors. En temps normal, le futur DarkFighter n'aurait pas eu une chance. Mais il se battait avec l'énergie du désespoir, et n'avait plus conscience des risques qu'il encourait. Son frère cherchait à le tuer, Ivi était morte, par sa faute même si il ne comprenait pas pourquoi et Evi, sa petite Ev' adorée allait sûrement le haïr pour ce qu'il avait fait... Il avait tout perdu... Qu'importait sa vie a présent ?

Ce fut finalement comme ça qu'il réussi à battre son frère, en n'évitant pas un coup qu'un homme sensé aurait esquiver. La lame de son frère lui infligea une terrible blessure, mais il lui perça le coeur de la pointe de son épée. Tous deux s'effondrèrent, inanimés... Ils furent trouvé par leur propre parents, épouvantés. Medar fut soigner, et il y eu une enquête. Elle révéla qu'Ivi avait été empoissonnée, puis que les deux autres s'étaient battus en duel. Il fallait donc que l'un aient versé le poison avant d'être découvert par l'autre. L'analyse du crachat sur le sol indiqua qu'il appartenait au plus jeune, et qu'il comportait le même poison. On découvrit aussi les restes d'une bouteille calcinée dans le feu. On en conclu donc qu'Arcal avait empoisonner son frère et sa soeur, mais que la fille aillant bu le poison d'abord, le garçon avait vu les effets et avait pu recracher le poison avant. Quand l'assassin était venu faire disparaître la preuve, Medar s'était relevé, et ils s'étaient affrontés. Légitime défense, le survivant ne fut pas poursuivit.

Néanmoins, ses parents sentaient bien que tout cela sonnait faux, et ils l’envoyèrent chez un vieux frère de son père. Comme ils ne voulaient plus jamais avoir affaire aux armes les ayants privé de deux enfants, ils les envoyèrent avec lui quand il sortit de l'hôpital. Il ne revit jamais Evi, sa très cher Ev', et peut être est ce mieux ainsi... Car son esprit et son coeur c'étaient glacés. Le vieil oncle Taber était de mauvaise fréquentation et un peu gâteux, mais il était riche, et Medar vécu bien. L'homme n'avait jamais eu d'enfant, et il fit de son neveu son héritier. Mais, pendant un an, notre héros resta prostré, seul, écraser par le poids de ses actes. Les pensées étaient une chose, avoir tuer son frère et sa soeur en étaient une autre. Peut être serait il rester ainsi, si peut après son seizième anniversaire n'était survenu en événement inattendu... Un événement qui allait bouleverser sa vie au moins au tant que son double meurtre...

Un être lui apparu, et se présenta comme son Gardien, non pas un ange gardien, mais bien un Démon. Il avait le pouvoir, a lui de choisir de l’utiliser, ou bien de l’ignorer, et de vivre une vie de paria. Après une courte hésitation, celui qui venait de devenir un DarkFighter accepta, et la créature scella leur pacte d’un baiser, tout en lui murmurant un nom… Calarenne… Il apprit énormément de chose, tant dans le maniement des armes que dans l’utilisation de son pouvoir. Son test final eu lieu après une nouvelle année. Il élabora à un nouveau poison, faisant s’arrêter le cœur, puis embrassa son oncle par surprise. Vu son âge, on conclu à la crise cardiaque sans poser trop de questions, et Medar récupéra ses bagues, qui devinrent ses médiums, ainsi que son immense fortune, sa résidence, presque un petit manoir, dans les quartiers riches de la capital et ses autres propriétés.

Alignement :: Ténèbres, bien entendu, vu qu'il est lier à un Démon

Famille, amis, connaissances :: -Famille : Une soeur, un frère, peut être encore des parents, peut être d'autres frères et soeurs...

-Amis : Calarenne

Fonction :: DarkFighters
avatar
Medar X'aelis
DarkFighter

Masculin Nombre de messages : 195
Age : 25
Fonction : DarkFighters
Âge : 27 ans
Orientation sexuelle : Peu importe (bisexuel/le)
Petit(e) ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 20/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [DarkFighter] Medar X'aelis

Message par Alyah Evans le Dim 21 Déc - 14:47



Bienvenue sur Equilibrum!

Tout semble être en ordre.

Ta fiche de présentation est donc validée!

Bon jeu et amuse-toi!



_________________

« L'amour se bâtit sur l'espoir. »

avatar
Alyah Evans
AngelFighter et admin

Féminin Nombre de messages : 239
Age : 28
Fonction : AngelFighter
Âge : 19 ans
Orientation sexuelle : Peu importe (bisexuel/le)
Petit(e) ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 07/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://equilibrum.jdrforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [DarkFighter] Medar X'aelis

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum